Le téléphone portable, gadget de destruction massive

Le téléphone portable, gadget de destruction massive
Publisher: L’Echappée | 2008 | ISBN: 2915830177 | French | EPUB/PDF | 93/21 pages | 102 Mb

Description

C’est le plus foudroyant développement technologique de l’Histoire. En dix ans le téléphone portable a colonisé nos vies, avec l’active participation du public, et pour le bénéfice de l’industrie. Ce déferlement signe la victoire du marketing technologique contre les évidences. Non seulement les ravages – écologiques, sanitaires, sociaux, psychologiques – du portable sont niés, mais il n’est pas exclu que sa possession devienne obligatoire pour survivre à Technopolis. A l’échelle planétaire (déchets électroniques, massacres de populations et d’espèces menacées), nationale (surveillance, technification des rapports sociaux, bombardement publicitaire), locale (pollutions, pillage des ressources et des fonds publics) et individuelle (addiction, détérioration de la santé et autisme social), découvrons ce gadget devenu fléau absolu.

Depuis l’annonce, mi-mai 2005, de la suppression par STMicroelectronics de 1000 postes en France pour les délocaliser en Asie, syndicats et élus locaux s’affolent pour les emplois de Crolles, dont la « création » a demandé tant de sacrifices et d?1;humiliations : amendes pharaoniques pour les collectivités en cas de rupture dans la livraison d’eau, obligation de doubler les conduites d’adduction d’eau à travers le Grésivaudan, construction d’un semi-échangeur d’autoroute, subventions publiques, etc.

Comme pour la chimie, le nucléaire et l?1;armement, l’emploi est la justification ultime de toutes les nuisances causées par le site de l’Alliance. Crolles II et ses 5000 emplois, ce sont des investissements colossaux (2,8 milliards d’euros dont 543 M€ d’aides publiques), la destruction des terres agricoles du Grésivaudan, le transport et le stockage de produits hautement toxiques, les bouchons sur l’autoroute, la guerre économique contre Chinois et Américains, le pillage des ressources en eau, les contrôles d’identité à l’entrée de l’Alliance, la soumission des chercheurs du CEA aux exigences des industriels STMicroelectronics, Philips et Freescale Semiconductors, la visite régulière des autorités – Chirac, Sarkozy, Devedjian, etc. Des nuisances qu’on ne souhaite pas plus aux Chinois qu’aux Dauphinois.

Pour quoi faire ? Des téléphones portables.

Le téléphone portable génère bien d’autres choses que des emplois. Non seulement il accélère la destruction de la planète, mais il contribue à la technification totale du monde et à l’autisme social. Des effets dont jamais les chercheurs du CEA-Léti, sous-traitant de Nokia, ne parlent dans leurs réunions mensuelles à la Fnac de Grenoble, ce débitant de téléphones prétendûment « agitateur d’idées ».

Le téléphone portable, gadget de destruction massive

0 Commentaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *